2 points à retenir sur l’installation d’une cloison séparative

2 points à retenir sur l'installation d'une cloison séparative

Le rôle principal d’une cloison est de délimiter et d’isoler des espaces. Elle permet aussi la création d’une nouvelle pièce dans la maison. Sur le point esthétique, une cloison participe beaucoup dans l’agencement de votre intérieur. Si vous prévoyez d’installer une cloison séparative, vous devez d’abord connaître quels sont les types de cloison existants et quels matériaux choisir pour un meilleur résultat. Alors, pour faire le bon choix et pour réussir son installation, voici les 2 points importants à retenir.

1. Les différents types de cloison

Choisissez la cloison séparative que vous souhaitez mettre en place dans votre maison en fonction de son emplacement et des contraintes de l’espace, l’isolation acoustique souhaitée et le budget prévu. Les cloisons séparatives peuvent être classées en trois types :

– la cloison séparative à simple parement

Cette séparation est composée de plaques de plâtre de 13 mm d’épaisseur. Ces plaques sont vissées sur des rails métalliques fixés au sol, sur la longueur des murs et sur le plafond. Concernant la performance acoustique, elle est plutôt faible, mais l’on peut l’optimiser en utilisant des plaques d’une épaisseur variant entre 18 mm et 25 mm.

– la cloison séparative à double parement

Ce type de cloison séparative se compose de quatre plaques de plâtre d’une épaisseur de 13 mm à 25 mm. Sa fixation est la même que pour celle à simple parement. Les plaques de la cloison à double parement sont séparées par un isolant. Toutefois, la performance de l’isolation acoustique dépend du matériau isolant inséré : la laine minérale, le polystyrène expansé ou encore la laine de chanvre.

– la cloison à âme alvéolaire

Une cloison alvéolaire est composée de 2 panneaux monobloc, dont le parement est toujours en plaques de plâtre. Elles sont reliées par un alvéole en carton. Pour un meilleur confort acoustique, il est conseillé de doubler les panneaux et de les séparer par un isolant comme la laine minérale. Pour son installation, la cloison alvéolaire est fixée au sol par une semelle en bois et s’emboîte dans un rail qui est vissé sur le plafond. Concernant l’assemblage des panneaux, il se fait grâce à des clavettes de jonction en bois.

2. Le choix des matériaux de la cloison

Pour répondre au mieux aux besoins de tous, les cloisons peuvent être fabriquées à partir de différentes sortes de matériaux dont :

– la plaque de plâtre 

Ce type de matériau est disponible en deux catégories : standard et renforcé. Une plaque de plâtre standard existe en plusieurs dimensions allant de 2,50 m à 3 m de hauteur et de 60 cm à 120 cm de large. Son épaisseur varie entre 6 mm à 25 mm. Renforcée, elle est plus lourd qu’une plaque standard et constitue plus de fibre de cellulose. Concernant son épaisseur, il est disponible en 10 mm, 12,5 mm, 15 mm et 18 mm.

– le carreau de plâtre 

Les carreaux de plâtre existent en version hydrofuge et standard. Hydrofugés, ils sont employés dans les pièces humides et leur couleur est bleue. Pour les carreaux de plâtre standard, ils sont utilisés pour la séparation des autres pièces. Dans ce cas, sa couleur est blanche. L’avantage de ce matériau est qu’il n’a plus besoin d’aucune finition. On peut laisser la surface lisse ou l’habiller avec du papier peint.

– le béton cellulaire 

Si vous souhaitez une bonne isolation acoustique entre les pièces à séparer, optez pour une cloison séparative en béton cellulaire. Choisissez des carreaux de 7 ou de 10 cm. Avant toute finition, il faudra enduire la cloison, car le carreau de béton cellulaire ne peut pas être laissé à nu.

– le bois 

Choisissez le type de bois le plus adapté pour le montage de la cloison séparative en bois. Selon son usage, il peut être :

des lambris : matériaux légers et élégants, ils peuvent être peints avec la couleur de votre choix. Les lambris peuvent être posés dans plusieurs sens (vertical, horizontal ou en diagonale).

des planches : elles rendent votre intérieur plus chaleureux et convivial. Elle se fixe au mur ou sur une ossature bois.

– le verre 

Les cloisons verrières sont idéales si vous souhaitez avoir plus de luminosité dans la pièce. Les verres peuvent être clairs ou dépolis. Sa fixation peut se faire soit à l’aide d’un système à vérin (vissage au sol et au plafond) ou sur rail (cloison coulissante).

Bref, pour bien réussir la pose de cloison séparative, pensez à bien préparer le chantier et les outils à utiliser. Faites le bon choix de matériaux pour une meilleure décoration de votre espace intérieur.

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Retour en haut